Salar de Surire – Salar de Uyuni

img_2672

Colchane

Uyuni, Hotel Tonito, 3700 m
Que de chemin parcouru et d’expériences vécues depuis le Salar de Surire. Il est difficile de réaliser que cela fait déjà 4 jours que nous sommes en Bolivie, pays tellement surprenant…

image

Isluga National Park – Chile

Quitter le Salar de Surire et les thermes de Polloquere, c’est reprendre la “route” pour Colchane, ville frontière, dernières traces chiliennes avant la Bolivie. Parlons en un peu de cette piste, véritablement défoncée par endroits, mais qui parcourt des paysages tous plus extraordinaires les uns que les autres. Les nandous, lamas, vigognes sont toujours là pour nous accompagner. L’Altiplano est large, vaste et envoûtant. Le parc national Isluga est établi autour du volcan du même nom ; les églises sont toujours superbes et omniprésentes. On en retrouve une dans chaque village, ainsi qu’un terrain de foot et parfois un autre de basket.

Colchane. Après ces 3 jours loin de tout, c’est le retour vers la civilisation : une route goudronnée pour commencer. Colchane, c’est de la poussière, des ordures que le vent pousse un peu partout autour de la ville, un chien aux yeux bleus, un tournoi de foot qui semble être l’évènement du moment, un unique hôtel assez accueillant. Le vent s’accentue et le sable remplace bien vite l’air.

img_2673

Sabayay – Bolivia

C’est avec une petite angoisse que nous nous dirigerons vers la frontière le matin venu. Tout va finalement assez vite et en à peine plus d’une heure nous sommes en Bolivie. Le contraste est vraiment incroyable. En 2 km nous avons changé de monde, d’époque. Nous sommes ailleurs. Il nous faut de l’essence… La station service de Pisiga est à sec. En tournant dans le village et en allant vers quelques personnes nous sommes dirigés vers une petite boutique tenue par une personne d’un autre âge qui nous vend 30 L de carburant dans des bidons en plastique. 40 km plus loin à Sabaya nous trouverons 30 L de plus. L’accueil est toujours chaleureux et parfois un peu curieux. Les conversations sont toujours sympathiques.

img_2674

On the road – Bolivia

La route vers Oruro est excellente et déserte. Pour rejoindre Uyuni il serait possible de la suivre et d’effectuer un important détour, mais il est probablement plus élégant de couper droit vers le sud-est par une piste que notre GPS mentionne. Si cette piste est dans un premier temps excellente et rapide, tout change après quelques villages.

img_2676

A little village off  road – Un petit village loin de la route

Le paysage devient plus sauvage, la piste se perd dans les buissons et la vitesse diminue à chaque kilomètre. 180 km de piste seront parcourus en 6h. 6 heures extraordinaires, de navigation au GPS, de pistes parfois pourries, de petits villages perdus loin de tout dans lesquels les enfants nous affichaient de grands sourires en agitant leurs mains. 6 heures durant lesquelles nous étions entre Ciel et Terre.

Dans le village de Belem, les rues sont en sable profond. Une voiture est ensablée, bloquant l’unique sortie. On nous demande de l’aide : nous sommes au moins 6 à pousser le véhicule qui fini par partir. On nous remercie chaleureusement pour notre aide (courir en poussant une voiture à 4000 m d’altitude…), on nous demande pourquoi nous sommes là car il n’y a jamais de touristes ici, la conversation est cordiale, poignée de mains, embrassades.

img_2677

Entre ciel et terre – Between earth and sky – Bolivia

D’autres rencontres intenses et éphémères suivront dans la journée. Nous rejoindrons Tahua, sur les bords du Salar d’Uyuni à la tombée de la nuit. L’hôtel indiqué dans les guides est cher et ne corresponds pas à ce que nous cherchons.

img_2688-1

Hotel in Tahua

On nous conseille une option “économique”, plutôt utilisée par les chauffeurs et les guides locaux. 5 euros la nuit en plein milieu du village, accès à la cuisine. Nous y resterons 2 jours, discutant chaleureusement avec le propriétaire et sa famille. Que de conseils, d’échanges, de questions, de curiosité. Un petit lama vieux de 24h, un petit chien. Encore une poignée de main franche et sincère au moment de se dire au revoir. Tahua est un endroit extraordinaire. Une petite pluie nous empêche de rejoindre Uyuni par le Salar sous peine de sérieuse corrosion de la voiture : il faudra donc faire le tour pour rejoindre la ville.

img_2686

Mummy – Coquesa

Nous y resterons 2 jours, discutant chaleureusement avec le propriétaire et sa famille. Que de conseils, d’échanges, de questions, de curiosité. Un petit lama vieux de 24h, un petit chien. Encore une poignée de main franche et sincère au moment de se dire au revoir. Tahua est un endroit extraordinaire. Une petite pluie nous empêche de rejoindre Uyuni par le Salar sous peine de sérieuse corrosion de la voiture : il faudra donc faire le tour pour rejoindre la ville.

Uyuni est beaucoup plus charmante qu’on ne le pensait. Rien de particulier cependant, mais ici l’industrie touristique a pris le dessus : plus de 80 agences touristiques, des restaurants tous identiques, des pizzas partout, …

img_2685

On the Salar

Nous souhaitions rester quelques jours sur le Salar, mais la météo s’apprête à changer dans les prochains jours et nous décidons de partir vers le Chili plus vite que prévu afin d’éviter de visiter le Lipez du sud sous la pluie. Un tour d’une journée avec un guide dans un groupe de 7 sera donc la solution pour visiter le plus grand Salar du monde. La visite commence assez mal avec un cimetière de trains bondé de touristes, et un arrêt à Colchani cerné par les boutiques de souvenirs, mais une fois sur le Salar, l’aventure est simplement fantastique. Le groupe est franchement sympa, le paysage incroyable. La journée sera une réussite et un tel tour est largement recommandable. Demain nous partons pour 3 jours de pistes, en direction de San Pedro de Atacama au Chili.

img_2705

In the middle of the Salar de Uyuni – Au milieu du Salar de Uyuni : Isla Incahuasi



English

Uyuni, Hotel Tonito, 3700 m
How many miles, how many new experiences since the Salar de Surire ? It is hard to realize that we have already been in Bolivia for 4 days now. Bolivia, such a surprising country…

Leaving the Salar de Surire and the Polloquere hot springs means going back on the “road” toward Colchane, on the border, last Chilean city before Bolivia. The dirt road is definitely not easy, corrugated, sandy, steep, but crossing some of the most wonderful landscapes. Rheas, lamas, vicuñas are always around. The Altiplano is wide, wild and enchanting. Isluga National Park is set up around the Volcano of the same name. In every little village there is one of those incredible church as well as a soccer field and sometimes a basketball one.

image

Isluga Church – Chile

Colchane. After those last 3 days far from everything it is like coming back to some civilization : an asphalted highway is a good start ! Colchane. It is dust, it is trashes that are blown everywhere, pushed by the wind, a dog with blue eyes, a soccer tournament which seems to be the most important event ever, a single hotel. When the wind gets stronger sand is everywhere.

On the morning, we are reaching the border with the usual dose of anxiety but finally everything is pretty quick and we are in Bolivia after a bit more than an hour. The contrast is huge. In about a mile we have just jumped in a different world, a different time.

img_2689

 Altiplano – Bolivia

We need gas… The gas station of Pisiga is dry ! We wonder in the village, ask around, and finally, in a small shop, an old lady sells 30 L of gas in plastic jugs. 25 miles later, in Sabaya, we will manage to buy another 30 L.

img_2684-1

Quinoa

People are always welcoming and curious: Why are we here ? The highway to Oruro is excellent and deserted. To reach Uyuni it could be possible to follow this good road but it will be much longer in distance and it seems much more elegant and adventurous to follow a dirt road indicated by our GPS. At first this dirt road is great and fast, but after the first small villages, it gets smaller, and worst. 115 miles : 6 hours ! But those 6 hours are incredible : GPS navigation, awful dirt road, small villages far from everything, kids smiling and waiving at us. 6 hours during which we are between earth and sky. In the village of Belem, the streets are made of deep sand and a car is stuck in it, blocking the only exit. People are asking for some help, and we end up running and pushing the car (in altitude…). Once the vehicle out of the sand, we are being thanked with warm and smiles, we are being asked why we are here because tourists are never coming here. Hugs, smiles, handshake. Other encounters will follow this day.

img_2678-1

Volcano Tunupa before Tahua – Volcano Tunupa avant Tahua

We will reach Tahua, on the northern shore of the Salar de Uyuni at dusk. The hotel mentioned in our guide (Lonely Planet) is expensive and too luxurious.

img_2687

24 hours old lama – Lama vieux de 24 h

A more economic option is then recommended, generally used by drivers or local guides. 5 bucks a night, in the middle of the village with access to the kitchen. We will stay there 2 days, chatting warmly with the owner and his family : advices, questions, curiosity. A 24 hours old lama, a little puppy. Another honest handshake to say goodbye. Tahua is an extraordinary place. A small rain shower brings humidity on the Salar and forbid us to drive on it to reach Uyuni : it could seriously corroded our car and we will have to drive around to avoid it.

img_2700

Salar de Uyuni

Uyuni is more charming that we thought. Nothing special either, but here the tourism industry is definitely working : more than 80 tour agencies, the same restaurant other and other, pizzas everywhere… We were planning on staying a couple of days on the Salar, but the weather forecast doesn’t seem too good for the next days. We decide to finally drive toward Chile earlier in order to beat this bad rainy front : it would be complicated to drive on those bad upcoming dirt roads in a wet weather.

img_2706

 On the Salar

Therefore we will get in one of those tours with a guide and 4 other tourists to spend a single day in the biggest Salar of the world. The visit starts pretty badly by a little detour to a train cemetery more than crowded and a stop at Colchani, at the entrance of the Salar, full of souvenir shops. Once in the Salar, it is simply incredible. Our group is really nice and interesting, the scenery is outstanding. This day will be another great one and I strongly recommend such a tour (and I’m definitely not a tour person…). Tomorrow we will leave for 3 days of dirt roads to reach San Pedro de Atacama in Chile.

img_2702

Salar de Uyuni

 

One Response to “Salar de Surire – Salar de Uyuni

  • Steiner
    1 year ago

    Que de découvertes et de belles rencontres ! Vous nous faites rêver .

Leave a Reply